Historique

L’HISTOIRE D’UNE ENTREPRISE FAMILIALE À TRAVERS LES GÉNÉRATIONS

Première et deuxième génération

Pacifique et Philippe Baillargeon

La famille Baillargeon habite la région du Haut-Richelieu depuis deux cent cinquante ans et compte quatre générations d’entrepreneurs. Leurs entreprises ont tiré profit de l’expérience acquise au fil des années et transmise à travers le temps.

Le fondateur de P. Baillargeon Ltée, Philippe Baillargeon est né le 25 mai 1908. Son père, Pacifique Baillargeon (première génération), était agriculteur et dirigeait une entreprise de construction routière et un commerce de glace et de bois dans le Haut-Richelieu. Il lui confia, dès l’âge de 16 ans, la responsabilité du commerce assurant la livraison des blocs de glace aux résidences de la région à partir d’un entrepôt situé au 264 rue Champlain à Saint-Jean.

L’esprit d’entrepreneur de Philippe l’amène à acheter une salle de quilles et un hôtel ainsi qu’à prendre en charge un service de camionnage du Canadien Pacifique pour la région de St-Jean. En 1936, il fait ses débuts dans le domaine de la construction routière, en achetant une usine d’asphalte, qu’il installe dans une gravière à Saint-Grégoire d’Iberville. De plus, durant la même période, il n’hésite pas à se lancer dans l’agriculture, en effectuant l’élevage de bétail et en créant une conserverie.

En 1938, il incorpore P. Baillargeon Ltée (PBL). Plus de 35 employés sont à l’emploi de l’entreprise afin de combler les besoins des clients issus du domaine routier, de l’exploitation de la gravière, de la sablière et de l’usine d’asphalte. Aussi, durant la période hivernale, une partie de la main-d’oeuvre est affectée à l’entretien des équipements et à l’exécution des contrats de déneigement pour des municipalités. Dans les années 50, il acquiert l’entreprise de son frère « Union Construction » et son usine de béton de St-Lambert, l’usine d’asphalte de Ste-Philomène, ainsi que les terres du 826, des Carrières, où il exploite sa carrière et installe ses usines d’asphalte et de béton, moteurs de la pérennité du Groupe Baillargeon.

Les contrats prennent graduellement de l’ampleur et cette croissance fait en sorte que plus de 500 personnes étaient à l’emploi de Baillargeon entre les années 1950 et 1960. Durant cette période, les services de construction d’habitation à loyer modique s’ajoutent aux activités commerciales de l’entreprise et Philippe ouvre les bureaux de « Les entreprises Frontenac » à Montréal, rue du Parc. En 1958, PBL obtient le contrat de faire les approches du pont Marchand qui devait relier Saint-Jean à Iberville et commence ses travaux pour le ministère de l’Agriculture, pour l’entretien et le redressement des cours d’eau. L’entreprise devient aussi une référence en matière de travaux municipaux tels que les travaux de fondation de routes, de pavage, d’aqueduc et d’égouts. Elle réalise un mur de soutènement en béton le long du fleuve pour protéger la ville de Longueuil et la construction de ponts pour le Ministère des travaux publics. Philippe acquiert à cette époque, de nombreux terrains dans le cadre de ses travaux. Ils seront éventuellement développés pour fins résidentielles.

Le mois de février 1962 fut particulièrement éprouvant pour l’entreprise et son dirigeant. Alors que PBL procédait à la construction d’un pont à la sortie de Chambly, une débâcle hâtive menaçant le pont temporaire endommagea considérablement la structure en cours. Philippe et son personnel passèrent cinquante heures d’affilée sur le site. Le stress que subit alors Philippe lui fut fatal. Quelques mois plus tard, il fut victime d’un infarctus qui l’emporta en janvier 1964.

Troisième génération

Pierre Baillargeon

Pierre, seul fils de Philippe, avait heureusement complété ses études de droit et d’administration quelques années auparavant. À 28 ans, Pierre se donne le défi de moderniser l’entreprise et de prendre la relève de PBL.

Il procéda alors à une réorganisation de l’entreprise en s’adjoignant les services de collaborateurs qualifiés dans divers domaines, dont Jean-Guy L’Homme, le bras droit de son père Philippe. Ce dernier fut un véritable mentor pour Pierre. Il s’entoura de différents collaborateurs en vue de former un excellent comité de direction au sein de sa compagnie, dont Gilles Brault, qui l’aida à moderniser la comptabilité de l’entreprise.

Au décès de Philippe, ce dernier avait légué à ses cinq enfants (4 filles et 1 fils) les actions de PBL avec une option pour Pierre de racheter les parts de ses soeurs, ce qui fut exécuté sur une dixaine d’années. Quant aux autres actifs et entreprises de Philippe (hôtel, quilles, bétail, terres), Pierre géra le patrimoine de la succession, avec ses soeurs, jusqu’en 2000, quand le dernier petit enfant de Philippe (Philippe-Antoine) atteint 25 ans.

Pierre reconnaît aujourd’hui que son père avait un flair lui ayant permis d’acquérir à bas prix de nombreux terrains, équipements et surtout la carrière de St-Jean-sur-Richelieu. Ces actifs ont pris, avec le temps, une valeur qui permet depuis longtemps à PBL de maintenir une très bonne santé financière, que Pierre a su préserver, non seulement en adoptant une philosophie de gestion teintée de prudence, mais en se tenant également informé des meilleures pratiques financières et fiscales pour l’entreprise et les avoirs familiaux.

À cet égard, il crée « Placements P. Baillargeon 1981 Ltée » ainsi que « Les Immeubles P. Baillargeon Ltée » (1982), pour détenir certains actifs stratégiques aux opérations de son entreprise et pour effectuer la promotion de terrains pour développement domiciliaire, en synergie avec les opérations de PBL. À partir des années 90, Pierre et « Les Immeubles P. Baillargeon Ltée » développeront les terres de la succession de Philippe, puis les terres agricoles que Pierre avait acquises à 19 ans et qui deviendront éventuellement le site d’un vaste projet commercial à l’entrée de Saint-Jean. Les projets domiciliaires qu’ils effectueront se succèdent ensuite sous les noms suivants : Place Héritage, Sanctuaire aux Mille-Roches, Projets Mérites, Les Jardins de Philippe, Les Boisés de la Mairie. Conscient de l’importance des matières premières dans le succès de son entreprise, Pierre acquiert également des sablières en prévision d’une pénurie éventuelle de ressources essentielles aux activités de PBL, et crée PMB Enterprises au Vermont (1989).

Pierre investit continuellement dans les actifs de l’entreprise, modernisant ses équipements : usines de concassage (1967, 2004 et 2010), béton (1986), asphalte (1970, 2007 et 2010), et concentre, avec le temps, les opérations de l’entreprise sur le site de St-Jean, suite notamment à l’expropriation d’actifs tels l’usine de béton de St-Lambert (au profit de l’usine de filtration) et certaines terres à Longueuil (dans le but de créer le golf Parcours du Cerf), sans toutefois délaisser les marchés traditionnels de PBL sur la Rive-Sud de Montréal, tant au niveau de la pierre, du béton, de l’asphalte que des projets d’égouts et d’aqueduc.

C’est en 1996 qu’il fonde une nouvelle entreprise, Gestion Eaux-Richelieu Inc., à la suggestion de Micheline, pour oeuvrer dans un nouveau domaine d’affaires : l’exploitation d’installations et d’infrastructures d’assainissement des eaux usées, construites en bonne partie à St-Léon par P.Baillargeon Ltée dans le contexte du Programme Québécois d’Assainissement (SQAE) des années 90.

Après plus de 50 années passées sur la 2ième rue à Iberville, l’année 1997 marque l’emménagement de PBL dans les locaux de son nouveau siège social, au 800 rue des Carrières à Saint-Jean-sur-Richelieu, dans un bâtiment situé sur le site de ses exploitations acquis par Pierre dans les années 1970. L’aménagement du bâtiment met en valeur divers éléments architecturaux et son modernisme fonctionnel ne manque pas d’être apprécié des visiteurs et ses employés. Il s’accompagne d’une réingénierie des processus administratifs et de la modernisation des équipements informatiques. Ceci prépare la voie au processus de relève, tant au niveau familial qu’au niveau des principaux postes de direction.

Quatrième génération

Dès ses débuts à titre de dirigeant, Pierre a adopté une approche axée sur le travail d’équipe. Aussi, grâce à lui les femmes font leur entrée, en 1965, au sein de P. Baillargeon Ltée et y occupent des postes d’importance. Micheline Boulais, son épouse est issue d’une forte culture entrepreneuriale transmise par ses parents, les fondateurs des Autobus Boulais Ltée, entreprise de transport scolaire dans la région durant plus de 50 ans (1930-1990) avec une centaine d’employés. Dès 1975, Micheline s’implique sur le conseil de PBL à titre de vice-présidente, et veille aux bonnes relations publiques de la compagnie.

Au fil des années, Pierre consacre beaucoup d’heures à son travail et à sa famille. Il initie ses enfants, Pascale et Philippe-Antoine, à la vie corporative et les met au fait des dossiers importants. Riche de sa propre expérience, il a met en place un processus de transfert de propriété progressif à compter de 1979, afin de faciliter la relève, et minimiser les impacts financiers. Ayant vécu les problématiques et enjeux associées à sa propre expérience de relève, Pierre veut préparer tôt sa succession, aussi bien au niveau familial qu’au niveau des principaux postes de la société. Pierre y a longuement réfléchi avec l’aide de son épouse, de consultants et de professionnels. Il s’est également entretenu avec les gestionnaires de PBL et avec ses enfants, dans le but d’effectuer le meilleur choix afin d’assurer le succès de son entreprise, étant donné l’envergure de celle-ci et la personnalité de ses enfants. Il a alors entrepris de leur transférer graduellement la direction de la Société.

Depuis longtemps, les employés connaissaient le désir de Pierre et Micheline de léguer l’entreprise à leurs deux enfants. Ces derniers ont d’ailleurs œuvré dans l’entreprise, occupant divers emplois d’été, durant leurs études.

Née en 1969, Pascale a manifesté assez tôt son intérêt à poursuivre la tradition familiale, entrevoyant cette opportunité comme un beau défi. Elle fait son entrée à temps plein dans l’entreprise comme Conseillère juridique et secrétaire corporative en 1995, après avoir pratiqué le droit quelques années dans un bureau d’avocats de Montréal et terminé un diplôme d’études supérieures en fiscalité. Elle poursuivra par la suite un MBA pour cadres en exercice, et des études en gestion de la construction à l’ETS avec son frère Philippe-Antoine.

Ce dernier, de 6 ans son cadet, a choisi des études de pharmacie, prévoyant œuvrer dans cette industrie et éventuellement jouer un rôle d’actionnaire passif au sein du conseil d’administration de PBL. Pascale l’ayant convaincu de la nécessité qu’il se familiarise malgré tout avec l’entreprise dont ils seraient coactionnaires, il partagera d’abord son temps entre la pharmacie et PBL. Il prend rapidement goût à l’entreprise familiale qui lui permet de se réaliser pleinement. Pascale et Philippe-Antoine choisissent de travailler ensemble à l’aube de l’an 2000 pour assurer la relève. Dès lors, les directeurs généraux adjoints et leur équipe s’emploient à assurer la pérennité du Groupe Baillargeon, et relèvent ce défi de taille : celui du passage à la 4e génération de dirigeants Baillargeon. Des conseillers ont accompagné la famille, d’abord pour animer le conseil de famille des Baillargeon et ensuite comme participants au comité consultatif.

Pascale et Philippe-Antoine ont choisi de traduire la vision et la mission traditionnelles des Baillargeon en adaptant leur image corporative.  La volonté de développement durable pour l’entreprise et la vision Baillargeon se résument désormais ainsi : « Bâtir pour durer »… À cette fin, ils convainquent leur père d’envisager certaines acquisitions d’entreprises familiales permettant de générer des synergies au niveau des matières premières, et qui leur permettront de faire leurs armes à titre de dirigeants, successivement « Gestion Eaux-Richelieu Inc. » (1996),  dont Pascale se voit confier la présidence, Les Bétons du Coteau Ltée. (2003) qui sera présidée par Philippe-Antoine, et enfin, Béton MSA inc., à la fin des années 2000.

Compte tenu des compétences et aptitudes complémentaires de Pascale et Philippe-Antoine, ces derniers ont choisi une méthode de gestion inusitée mais non inédite : la direction conjointe de leur entreprise. Leur intégration à la direction a fait l’objet d’un « règne conjoint » entre 2005 et 2007, permettant à Pierre de déléguer à Pascale et Philippe-Antoine certaines responsabilités et d’œuvrer avec eux à la pérennité de l’entreprise. Ce changement entraîne une adaptation graduelle de la philosophie de gestion, des stratégies et de la vision qui sont différentes selon les dirigeants. Ce cheminement psychologique implique Pierre, sa relève, sa famille, mais aussi les gestionnaires de l’entreprise.  Il s’agit d’apprivoiser la complexité et de maîtriser les règles qui permettent d’une part, d’assurer la profitabilité sans mettre en péril les actifs de l’entreprise et d’autre part, de définir les rôles de chacun, et d’apprendre à gérer ensemble, dans le contexte  d’une relève bicéphale! Cette phase de planification s’est terminée en janvier 2007, lorsque Pascale et Philippe-Antoine ont pris la direction de PBL comme co-chefs de l’entreprise.  Ils partagent à cette époque et encore aujourd’hui, leur expérience de relève lors de conférences ou d’activités de formation à ce sujet.

Soucieuse de développer et déployer son propre style de gestion, en s’inspirant des pratiques modernes et de formations pertinentes, la nouvelle génération a fixé ses priorités en fonction de ses valeurs, dans la continuité des valeurs traditionnelles de l’entreprise.  Elle a instauré de nouveaux outils de gestion et revu les diverses mesures en vigueur pour uniformiser et harmoniser les pratiques à travers l’organisation. Fière de la tradition de qualité des produits et services chez Baillargeon, elle adhère dès la fin des années 90 aux normes ISO et Qualibéton comme bases pour la mise en œuvre d’un système de gestion de la qualité afin d’assurer l’amélioration continue des activités de la Société. Par ailleurs, en adoptant en 2001 son programme d’équité salariale, elle redéfinit les rôles et responsabilités et établit des évaluations de performance avec incitatifs liés aux objectifs.  La santé et sécurité étant au cœur de  ses préoccupations, la relève embauche en 2008 une directrice des ressources humaines et santé sécurité qui établit et vérifie la mise en œuvre des politiques et procédures, colligées en grande partie depuis 2011 dans un manuel des politiques et des conditions des employés. Le climat et l’ambiance de travail sont favorisés par des horaires flexibles et la tenue d’activités sociales et sportives en entreprise. Enfin, la formation continue des employés et la communication de l’information sont ciblées et gérées de façon pro-active par la relève.

Afin de partager les valeurs, la vision, les objectifs et la culture souhaités par et pour la nouvelle génération, les co-chefs ont entrepris en 2009 l’élaboration d’un « plan de continuité » pour les affaires de leurs entreprises.  En 2011, Ils ont effectué avec leurs employés, un Bilan de l’environnent externe et interne, et une analyse organisationnelle en vue de réfléchir en équipe aux forces et faiblesses, menaces et opportunités pour la pérennité. Cette démarche a permis d’assurer la planification stratégique et la mise en œuvre des valeurs, mission, vision actualisées, au moyen des plans d’actions pour chaque département. Un tableau de bord valide l’atteinte des principaux objectifs retenus. Plusieurs comités s’assurent du suivi des divers enjeux ciblés.

Par ailleurs, les actionnaires du PBL ont entrepris depuis la fin 2012 une révision de leur développement, selon la vision des menaces et opportunités identifiées. Le défi constant est de maintenir l’équilibre entre les activités de fournisseur et d’entrepreneur, et de maintenir quelques 200 emplois directs dans la région et la communauté. Il a ainsi été décidé de réorganiser les activités des entreprises du Groupe Baillargeon en 2013-2014, pour effectuer une meilleure gestion de risques en fonction des diverses secteurs. Ainsi, les activités de construction sont désormais confiées à Béton MSA inc, alors que celles de production se concentrent principalement chez PBL, et celles de mise en marché sont partiellement confiées à Baillargeon Matériaux inc. Les services administratifs du Groupe sont maintenant assurés par Baillargeon-MSA inc. Cette structure corporative vise à mettre en œuvre les meilleures pratiques de gouvernance identifiées pour établir une saine distance opérationnelle entre les activités du Groupe, notamment, en confiant l’administration de nos diverses entreprises à des conseils d’administration distincts comptant maintenant plusieurs membres indépendants.

Ensemble, Pascale et Philippe-Antoine poursuivent l’œuvre de leurs prédécesseurs avec leur équipe et préparent à leur tour la relève auprès de leurs jeunes enfants. Ils leur transmettent l’héritage du désir d’implication et d’engagement de leurs parents, et les valeurs de pérennité, d’intégrité, respect, qualité, et rigueur consignées à la Charte de confiance du Groupe, et qui ont permis au Groupe Baillargeon d’entretenir des relations d’affaires saines avec toutes ses parties prenantes depuis plus de 80 ans: ses employés, fournisseurs, clients et sa communauté afin de continuer encore longtemps avec eux de « Bâtir pour durer ».